Les partis bénéficieront d'un financement public

30/06/2007
Les partis bénéficieront d'un financement public

L'Assemblée nationale du Togo a adopté mercredi une loi relative au financement des partis politiques. Un projet en ce sens avait été adopté en Conseil des ministres il y a quelques semaines. Désormais, tous les partis ayant obtenu au moins 5% des voix sur le plan national aux législatives ou au moins 5 élus à l'Assemblée nationale ou encore au moins 10% des suffrages aux élections locales, pourront bénéficier d'un financement public.

Il précise que le montant que percevront les partis sera proportionnel à leur représentativité sur l'échiquier national.La loi prévoit en outre l'octroi d'une prime spéciale aux formations qui assureront la promotion des femmes en politique.

Le financement sera supervisé par une Commission nationale de financement public chargé de veiller au respect des modalités de financement et de contrôler la gestion des fonds alloués.

Cette Commission sera composée de cinq membres nommés par décret pour un mandat de cinq ans renouvelable.

L'adoption de la loi s'inscrit dans la mise en Œuvre de l'Accord politique global d'août 2006 auquel ont souscrit l'ensemble des partis politiques togolais.

Cette loi est une première au Togo.

Des élections législatives sont prévues le 5 août prochain dans le pays.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Dossevi est parfaitement centré

Sport

L'international togolais Mathieu Dossevi, qui évolue à Toulouse FC (Club français de D1),  totalise le plus de centre du championnat.

Mobilisation de l'OOAS

Cédéao

La Cédéao continue de suivre avec une grande attention l’évolution de la pandémie de Coronavirus.

Covid : faites votre propre diagnostic

Santé

Une appli vient d’être lancée qui permet de savoir, à partir des symptômes décrits dans une liste de questions, si on est porteur ou non du coronavirus.

Mobilisation de l'Agence de développement de l'UA

Santé

La pandémie du coronavirus met actuellement à rude épreuve les systèmes de santé africains.