Séropositifs en colère

24/11/2007
Séropositifs en colère

Plus de 500 personnes porteuses du virus VIH/sida ont manifesté samedi à Lomé pour dénoncer les discriminations dont elles se disent victimes. C'est la première marche publique de séropositifs au Togo. Les manifestants, vêtus de Tee-shirts sur lesquels on pouvait lire "halte à la stigmatisation et la discrimination", ont défilé pendant plus de deux heures à travers les rues.

"Il est temps que les personnes vivant avec le VIH/sida sortent de leur cachette pour dire non à certains abus", a déclaré Augustin Dokla, le président du réseau des associations de personnes vivant avec le VIH/sida au Togo."Les lois existent, mais elles ne sont pas respectées", a-t-il affirmé.

Les députés avaient adopté en décembre 2005, une loi protégeant les séropositifs. Selon ce texte, "nul ne peut faire l'objet d'isolement, de détention, ou de mise en quarantaine du fait de son statut sérologique".

Au Togo, où le taux de prévalence est estimé à 3,2%, on dénombre plus de 120.000 séropositifs.

Plusieurs centaines de personnes avaient organisé mercredi devant le Parlement un sit-in pour dénoncer la rupture du stock des antirétroviraux (ARV) au Togo.

Environ 6.000 malades du sida bénéficient de ces ARV.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

PEV : une nouvelle campagne démarre le 30 janvier

Santé

Une nouvelle campagne de Vaccination nationale contre la rougeole et la rubéole débute débute le 30 janvier.

Le Roy veut structurer l’écosystème du football

Sport

Identifier les jeunes disposant d’un réel potentiel, telle est l’ambition du concours ‘Graines du Togo’, qui vient de débuter.

Une plate forme virtuelle pour le réseautage des femmes

Cédéao

Après le Sénégal, le Mali, le Burkina et la Côte d’Ivoire, la Cédéao a lancé vendredi à Lomé le projet ‘50 millions de femmes ont la parole’.

Le Togo n'est pas un adepte des châteaux de sable

Coopération

Le Togo va s'inspirer du modèle à succès de la Corée du Sud pour développer ses agropoles.