Un besoin que l'on doit assouvir

19/11/2019
Un besoin que l'on doit assouvir

Un enjeu de santé publique

Aller aux toilettes, c'est un besoin vital que tout le monde ne peut pas assouvir comme il le souhaite. 60% de la population mondiale n'a pas accès à des toilettes tous les jours, 670 millions de personnes font leur besoins en plein air. 

Ce mardi 19 novembre, c'est la journée mondiale des toilettes. Une journée instaurée par l'Organisation des Nations Unies en 2001 pour braquer le projecteur sur un véritable enjeu de santé publique. 

Au Togo, 11% des ménages ont accès à des installations sanitaires améliorées. 

La défécation à l'aire libre est de 75% en milieu rural et de 15% en zone urbaine.  

En zone rurale, enfants et adultes sont parfois gravement affectés avec des pathologies directement liées au faible niveau d’hygiène.

Le gouvernement togolais a lancé un programme qui prévoit l’installation de plusieurs dizaines de milliers de latrines à travers tout le pays.

Par rapport aux toilettes traditionnelles, une latrine possède une technologie moindre. Il s’agit d’un mode d’assainissement de base le plus utilisé dans le monde.

Le but est à la fois d'assurer la santé de ses usagers en contenant ou en évacuant les excréments et de protéger l’environnement.

L'objectif fixé par l'ONU est de faire passer de 51 % de la population mondiale à 25 % d'ici 5 ans le nombre de personnes sans accès à un assainissement de qualité. 

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

A la COP25, le Togo veut faire entendre sa voix

Environnement

Arzouma Naman-Yerima, la présidente du RFUD, est à Madrid où elle participe à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques COP25.

Culture de la diplomatie

Culture

Profitant de sa visite de travail de 24h au Togo, le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a visité jeudi soir le Palais de Lomé.

L'Allemagne auprès des nouvelles municipalités

Coopération

La maire d’Atakpamé, Florence Kouigan, a reçu mercredi la visite de l’ambassadeur d’Allemagne, Matthias Veltin.

Tigre de papier

Faits divers

Des scènes d’une rare violence contre les forces de sécurité se sont produites fin novembre à Lomé et à Sokodé.