Adoption : le Togo en première ligne

30/07/2015
Adoption : le Togo en première ligne

Le Togo dispose d'un arsenal législatif et institutionnel

L’Afrique reste le 1er continent d’origine avec 37% des adoptions puis vient l’Asie avec 29% qui a dépassé l’Europe en 2014 dans un contexte de baisse générale du nombre des adoptions internationales (moins 20% pour la France entre 2013 et 2014).

Dans un continent où les garanties autour des adoptions peuvent s'avérer difficiles à réunir, le Togo se distingue par son engagement à se doter d'un arsenal législatif et institutionnel nécessaire pour lutter contre les pratiques illégales. 

En 2009, il a ratifié la Convention de La Haye de 1993 et a développé depuis des bonnes pratiques qui doivent être partagées au niveau international et inspirer d'autres pays à être aussi déterminés.

La France, un des premiers pays d'accueil des enfants adoptés dans le monde, attache une très grande importance à la Convention de La Haye et à son application. Elle est pleinement investie pour soutenir le Togo dans la protection de l'intérêt supérieur des enfants.

Dans ce cadre, l'Ambassade de France à Lomé soutient le Comité national d’adoption des enfants au Togo (CNAET) pour l'organisation d'une formation sur l'adoption des enfants au Togo. Elle se déroule du 30 au 31 juillet à Notsé. L’objectif est de partager les bonnes pratiques et les expériences sur ces questions de société.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les faux médicaments, un risque pour la santé

Santé

Près de 67 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis par la douane depuis un an.

Ode à l’Afrique et au Niger

Culture

La chanteuse togolaise Valentine Alvares poursuit une carrière à 200 à l’heure.

Les pieds dans le sable

Tech & Web

Comme chaque année, Togo Cellulaire prend possession de la plage de Lomé du 18 août au 8 septembre.

Le pays est trop dépendant des appuis extérieurs

Santé

Plus de 11 milliards de Fcfa ont été consacrés au Togo à la lutte contre le sida en 2018.