Francis Kossi rêve de mettre ses compétences au service du Togo

20/01/2009
Francis Kossi rêve de mettre ses compétences au service du Togo

Les Togolais ont la tête bien faîte et leur expertise est souvent appréciée en Europe. Prenez l'exemple de Francis Kossi ; après des études au lycée de Nyékonakpoe et à l'université de Lomé en mathématique et physique, il poursuit son cursus en France où il devient ingénieur, spécialisé en automatisation. Il est alors engagé par Leica Microsystems en Belgique où il développe un appareil destiné aux rhumatologues de l'hopital Brugmann (Bruxelles).

Francis complète sa formation en Allemagne, en Autriche, aux Pays-Bas et aux Etat-Unis.En 2007, il est engagé par « National Instrument », leader américain en acquisition de données et développeur de Labview (langage de programmation), dont il devient responsables des produits pour la Wallonie et le Luxembourg.

Pour mener à bien son activité professionnelle, Francis Kossi a du apprendre le flamand, l'anglais et l'allemand qu'il maîtrise parfaitement.

Marié à une togolaise (Fafa Brym, étudiante en marketing à l'université Saint Luc de Bruxelles) Francis est père de trois enfants.

Une vie apparemment bien remplie professionnellement et familialement. Mais la nostalgie n'est jamais très loin et Francis Kossi rêve d'un retour au Togo pour retrouver famille et amis et, explique-t-il, « pour demain mettre ma force et mes connaissances au service de mon pays dans les technologies d'avenir ».

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Des fresques qui racontent le Togo

Culture

Une partie d’une mur d’enceinte de l’université de Lomé accueille une fresque colorée réalisée par des étudiants de l'EAMAU.

Un modèle de coopération utile

Développement

Le PNUD vient de publier son rapport 2019 sur le Togo. La coopération s'inscrit en droite ligne des objectifs contenus dans le PND.

Contrat pro pour Hakim Traoré

Sport

Le germano-togolais Hakim Traoré a signé vendredi son premier contrat professionnel avec VFL Osnabrück (Allemagne).

Une approche innovante de l'agriculture

Développement

La BAD a accepté de continuer à financer le PAIEJ-SP. Une phase 2 est à l'étude.