Lomé a de faux airs de Bombay

07/01/2021
Lomé a de faux airs de Bombay

Apéti Avévi devant son rickshaw

Ils sont légion en Inde. Les célèbres rickshaw sillonnent villes et campagnes. Ce tricycle transporte des personnes et des marchandises.

Depuis une dizaine d’année, ces engins ont fait leur apparition dans les capitales africaines, y compris au Togo.

Les clients trouvent ce service plus pratique qu’un taxi-moto ou qu’un taxi classique.

Environ 700 rickshaw circulent dans le pays, dont plus de la moitié à Lomé.

Depuis cinq ans où les premiers tricycles sont apparus, l’on dénombre officiellement plus de 625 conducteurs sur le plan national.

Les conducteurs assurent bien gagner leur vie. De fait de nombreux taxis-motos veulent se reconvertir dans le tricycle.

Apéti Avévi, le président des associations des conducteurs de tricycles du Togo, indique que l’autorisation est délivrée par la division de la sécurité routière (DSR) et l’organisation du secteur informel (DOSI).

Le prix d’un rickshaw est de 2,6 millions de Fcfa. Les chauffeurs bénéficient de crédits sur la base du ‘work and pays’; ce qui leur permet de devenir propriétaire au bout de 20 mois.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Les gros bras ne font plus les malins

Faits divers

La police a appréhendé huit personnes qui faisaient partie d’un réseau de ‘gros bras’ chargé d'intimider des vendeurs ou des acquéreurs lors de litiges fonciers.

Le cartable magique de Victor Agbegnenou

Diaspora

Le Club diplomatique de Lomé accueillait mardi soir le franco-togolais Victor Agbegnenou, concepteur du cartable numérique.

100 milliards décaissés en 10 ans

Développement

L'Agence nationale pour développement à la base (ANADEB) a pour mission de sortir les plus fragiles de la misère.

Achats en toute sécurité

Tech & Web

Il y aura bientôt autant de sites marchands que d’habitants au Togo.