Tradition d'hospitalité

15/09/2018
Tradition d'hospitalité

Plus de 12.000 réfugiés, dont une majorité de Ghanéens, vivent au Togo

Le ministère de l’Action sociale, en collaboration avec le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), organisera du 17 au 22 septembre un recensement pour connaître le nombre de réfugiés vivant au Togo.

La première phase concernera spécifiquement les Ivoiriens vivant dans le camp d’Avepozo et la seconde s’étendra à la ville de Lomé.

Les autorités connaissent à peu près le nombre de réfugiés vivant dans le pays, mais elles souhaitent désormais avoir une photographie très précise de cette population résidant en milieu urbain.

Environ 3000 Ivoiriens sont installés dans la capitale et sa périphérie depuis 2011 ; quelques centaines ont regagné volontairement leur pays d’origine.

Selon les derniers chiffres disponibles en provenance du HCR, 12.558 réfugiés sont installés de façon permanente au Togo.

Au moins 10.000 sont des Ghanéens arrivés dans le pays il y a des décennies et totalement intégrés à la population.

Le Togo est une terre d’hospitalité. Il ne met aucune entrave à l’installation des réfugiés qui peuvent obtenir les autorisations pour travailler, envoyer leurs enfants à l’école et bénéficier du système de santé.

Les réfugiés ont plusieurs options, un retour volontaire, la réinstallation dans un pays tiers ou l’intégration dans le pays d’accueil.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.