Un public captif pour les annonceurs

20/02/2019
Un public captif pour les annonceurs

Une présence publicitaire à l'aéroport a de l'impact

L’aéroport international de Lomé voit transiter chaque année des dizaines de milliers de voyageurs. Une audience captive qui déambule dans l’attente de leur vol ou qui attendent la livraison de leurs bagages.

Cette audience est attentive à l’information diffusée dans son environnement. 92 % des passagers déclarent qu’ils réagissent à la publicité dans les aéroports. Une bonne moitié se rend sur le site Internet de l’annonceur et fait une recherche en ligne après avoir vu une publicité.

Les annonceurs dans les aéroports sont considérés comme dignes de confiance et prestigieux, autant de raisons qui justifient une présence importante dans cet environnement. 

Non seulement les aéroports offrent un espace ininterrompu pour toucher les audiences, mais c’est aussi un lieu essentiel pour capter l’engagement de passagers qui y passent beaucoup de temps.

Fort de ce constat, l’AIGE, qui gère la plateforme aéroportuaire, a décidé de renforcer son offre publicitaire grâce à des espaces classiques et de grands panneaux LED qui peuvent diffuser de la vidéo.

Pour le moment l’offre se concentre à l’extérieur de l’aérogare en zone arrivées et VIP, mais AIGE envisage de développer l’offre à l’intérieur au niveau de l’enregistrement, de la zone hors-douane et de la livraison des bagages.

La gestion des supports a été confiée à un prestataire extérieur.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le trafic aérien ouest-africain s'est effondré

Uemoa

La baisse du trafic aérien dans la zone UEMOA est de l’ordre de 95%. Un désastre.

Et voici le Waze togolais

Société

Une nouvelle application mobile d'assistant à la conduite et de navigation vient d'être lancée.

Développement humain et inclusion financière

Développement

Chercher de solutions innovantes pour faciliter l'accès des travailleurs informels aux systèmes de protection sociale.

Le CVO est-il efficace ?

Santé

Le Togo va réaliser des tests pour savoir si le 'covid-organics' développé à Madagascar est vraiment efficace.