C'est bien, mais peut mieux faire

11/07/2018
C'est bien, mais peut mieux faire

Une croissance soutenue attendue cette année

L’activité économique se porte plutôt bien dans l’espace UEMOA.

Selon les chiffres communiqués mercredi par la BCEAO (Banque centrale) à Lomé, le taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) réel s’est établi à 6,5% au second trimestre de cette année contre 6,4% au trimestre précédent.

L’Union compte atteindre une croissance de 6,8% en 2018, contre 6,6% en 2017.

Malgré les tensions observées sur les marchés céréaliers dans certaines Etats membres, le niveau général des prix a aussi connu une hausse modérée (0,9%) par rapport au premier trimestre.  

Les conclusions de la deuxième session ordinaire du conseil des ministres de l’UEMOA justifient cette évolution par la bonne tenue des activités commerciales.

L’évolution est également à mettre à l’actif des services de transport et télécommunications.

Cependant, l’exécution des budgets des pays de l’Uemoa devrait dégager un solde déficitaire de 3,8% du PIB en 2018 (4,2% en 2017).

Déficitaires également les transactions avec l’extérieur (7%).

D’après la BCEAO, des dispositions doivent être prises se rapprocher de la norme communautaire de 3% du PIB l’année prochaine.

Les Etats membres de l’Union doivent renforcer leurs capacités de mobilisation des recettes fiscales et améliorer l’efficience des dépenses publiques.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Ca va être compliqué

Sport

Le sélectionneur des Eperviers, Claude Leroy multiplie les séances d’entrainement avant la rencontre contre l’Algérie le 18 novembre prochain.

La chanson de Bella Bellow résonne puissamment

Culture

'Blewu' de l'artiste togolaise Bella Bellow a rythmé les cérémonies de commémoration du centenaire de l'armistice dimanche à Paris.

D1 : nouveau leader

Sport

Sara FC de Bafilo a pris la tête du championnat de D1 à l’issue de la 7e journée disputée dimanche.

Faux médicaments : 85 tonnes saisies au premier trimestre

Santé

Les chiffres à eux seuls donnent une idée de l’ampleur du problème. Plus de 85 tonnes de médicaments contrefaits ont été saisis au premier trimestre 2018.