Développement

Prévenir les risques agricoles au Togo

La Cédéao a entrepris de mettre en œuvre un Programme sur la Résilience du Système Alimentaire en Afrique de l’Ouest dans sept pays dont le Togo.

Quatre millions de bénéficiaires sur les pays concernés © republicoftogo.com

Pour atteindre les objectifs visés à travers son Plan Régional d’Investissement Agricole (PRIA), la Cédéao a entrepris de mettre en œuvre un Programme sur la Résilience du Système Alimentaire en Afrique de l’Ouest dans sept pays d'Afrique de l'Ouest et du Centre : Burkina Faso, Ghana, Mali, Niger, Sierra Leone, Tchad, Togo pour une première phase de 5 ans.

Ce projet est cofinancé par la Banque mondiale, piloté par l’organisation ouest-africaine, le CILSS (comité permanent inter-états de lutte contre la sécheresse dans le Sahel) et le CORAF (conseil ouest et centre africain pour la recherche et le développement agricole (CORAF).

L’objectif du FSRP, d’un montant de 716 millions de dollars, est de renforcer la gestion des risques inhérents aux systèmes alimentaires régionaux, améliorer la durabilité de la base de production dans les zones ciblées et développer les marchés agricoles régionaux.

Dans les pays ciblés, quelque quatre millions de personnes vont bénéficier de ce programme régional multi-phase qui viendra compléter et intensifier les actions en cours pour réduire l’insécurité alimentaire et améliorer la résilience des systèmes alimentaires. 

En Afrique de l’Ouest, de multiples chocs largement induits par les risques agricoles ont rendu les aliments plus rares et plus chers et ont aggravé la malnutrition. 

En 2021, environ 27 millions d’Africains de l’Ouest ont eu besoin d’une assistance alimentaire immédiate en raison de la combinaison de la sécheresse, de la pauvreté, du prix élevé des céréales, de la dégradation de l’environnement, des déplacements contraints, de la faible intégration commerciale et des conflits. 

Les prévisions inquiétantes relatives à la fréquence accrue des phénomènes météorologiques extrêmes, associées à une productivité agricole qui ne suit pas la croissance démographique, signifient que le développement durable à long terme est menacé.

On estime que le FSRP bénéficiera directement à quatre millions de personnes, notamment des agriculteurs (en ciblant tout particulièrement les femmes et les jeunes), des petits producteurs et transformateurs, ainsi qu’à de petites et moyennes exploitations agricoles. 

Le programme vise également à réduire les inégalités entre les sexes dans l’agriculture et à atteindre au moins 40 % de femmes.

Le FSRP Togo a été officiellement lancé mercredi à Lomé. 

La première phase va financer des interventions au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Togo.

La deuxième phase, qui devrait être approuvée par la Banque mondiale en juillet 2022, financera des actions au Ghana, en Sierra Leone et au Tchad.

Pour que ce site Web fonctionne correctement et pour améliorer votre expérience d'utilisateur, nous utilisons des cookies. Retrouvez plus d'informations dans notre Gestion des cookies.

  • Les cookies nécessaires activent les fonctionnalités de base. Le site Web ne peut pas fonctionner correctement sans ces cookies et ne peut être désactivé qu'en modifiant les préférences de votre navigateur.