Renforts français au Sahel

02/02/2020
Renforts français au Sahel

La menace djihadiste s'amplifie

La France va déployer 600 soldats supplémentaires dans la bande sahélo-saharienne, portant les effectifs de l'opération Barkhane à 5.100 hommes, annonce dimanche la ministre des Armées.

L'essentiel des renforts sera déployé dans la zone dite des " trois frontières " entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger, précise Florence Parly dans un communiqué. "Une autre partie de ces renforts sera engagée directement au sein des forces du G5 Sahel pour les accompagner au combat", ajoute-t-elle.

La ministre précise par ailleurs que le Tchad "devrait bientôt déployer un bataillon supplémentaire" au sein de la force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger, Tchad) dans la région des "trois frontières", épicentre de la lutte contre les groupes djihadistes, au premier rang desquels l'organisation Etat islamique au Grand Sahara (EIGS).

"Le renfort annoncé par le président de la République doit nous permettre d'accentuer la pression contre l'EIGS. (...) Nous ne laisserons aucun espace à ceux qui veulent déstabiliser le Sahel", souligne Florence Parly.

Face à la persistance de la menace djihadiste dans la bande sahélo-saharienne, Emmanuel Macron et les dirigeants du G5 Sahel ont annoncé le 13 janvier un nouveau cadre opérationnel pour la lutte anti-djihadistes à l'issue du sommet de Pau.

Il avait alors annoncé l'envoi de 220 militaires français en renfort après avoir laissé planer la menace d'un retrait face au "sentiment français" qui s'étend selon lui dans la région.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Bon début de parcours pour Dodji Fanny

Sport

Le Togolais Dodji Fanny participe à la compétition de ITTF-Africa Top 16 Cup qui se déroule en Tunisie.

De l'épidémie à la pandémie ?

Santé

L’épidémie continue de décliner en Chine, selon l’OMS, mais le risque d’une extension sur le reste de la planète s’accroît.

Les réseaux sociaux remplacent le bon vieux bristol

Tech & Web

Ministres et responsables politiques de la majorité présidentielle y vont de leur message sur Twitter ou Facebook.

Salam Salem

Coopération

Depuis des décennies, le Maroc contribue à la formation des cadres africains.