Les pays africains appelés à créer un système de gestion de la sécurité

12/04/2017
Les pays africains appelés à créer un système de gestion de la sécurité

Meilleure coordination entre les Etats

Le nombre d’accidents d’avions sur le contient africain est quatre fois supérieur au reste du monde.

L’IATA et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), en relation avec l’Association des compagnies aériennes africaines (AFRAA) et le Conseil international des aéroports (CIA), ont mis en place un groupe de travail commun pour aider les compagnies aériennes africaines et les compagnies internationales qui opèrent en Afrique à améliorer leur sécurité. 

Les experts de ce groupe de travail ont analysé 56 accidents survenus en Afrique. Leur conclusion : les principales causes des accidents sont relatives à l’absence de régulation, de mise en œuvre d’analyses de données sur les vols (FDA) et d’un système de gestion de la sécurité.

Pour l’IATA, les compagnies doivent mettre la sécurité au centre de leurs priorités, et surtout à s’engager pour la certification IOSA (IATA Operational Safety Audit), un standard sérieux qui, s’il est obtenu, permettrait de réduire drastiquement les risques d’accident.

Il faut cependant préciser que ce sont surtout les transporteurs africains non-inscrits au programme de vérification de la sécurité de l’IATA qui sont touchés.

Réunis mercredi à Lomé, les ministres des Transports et de l’Aviation civile, membres de la Commission africaine de l'aviation civile (CAFAC), discutent sécurité et plus précisément des moyens d’améliorer la fourniture des services de recherches et de sauvetage en Afrique. Cette réunion est organisée en coopération avec l’OACI.

En ouvrant les travaux, le Premier ministre togolais Komi Selom Klassou a rappelé que le ciel africain restait plus meurtrier qu’ailleurs avec 21 accidents de vols commerciaux en 2014 et 19 en 2016. Au total, ces crashs ont fait plus de 1.000 morts.

Pour le chef du gouvernement, même si le continent a enregistré moins d’accidents l’année dernière, c’est encore beaucoup trop. Il y a donc nécessité à développer une coopération inter-Etats en matière de surveillance et de secours en cas de drames.

M. Klassou  a appelé les pays  africains participants à ‘mutualiser leurs efforts et expériences face aux défis de la mondialisation en misant sur le renforcement de la sécurité dans l’espace aérien africain’.

Dans ce contexte, le Togo a reçu les félicitations de l’OACI pour la mise en œuvre des normes internationales de l’aviation civile. Une reconnaissance qui classe le Togo en tête des pays africains en matière de conformité.

La déclaration de Lomé adoptée à la fin de la réunion souligne la responsabilité des Etats dans le cadre des conventions aéronautiques et maritimes relatives à la mise en œuvre des services SAR ; elle invite à la poursuite de la mise en œuvre  des politiques de renforcement des capacités des experts SAR en Afrique, demande aux pays de poursuivre les négociations et la signature de mémorandum de coopération et les protocoles d’accord entre les Etats.

Les participants se sont engagés à soutenir la création de centre conjoints régionaux et sous régionaux de sauvetage et de coordination et la mise en commun de ressources.

Informations complémentaires

Intervention Premier ministre .pdf 82,89 kB

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Uber du fret s’implante au Togo

Tech & Web

Après avoir levé 6 millions de dollars, l’application ‘Kobo360’ a décidé de proposer ses services à de nouveaux pays, dont le Togo.

Le gouvernement, chef d'orchestre de la cybersécurité

Tech & Web

Le projet de loi sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité a été adopté jeudi.

Feu vert pour la ratification de la Zone de libre échange

Union Africaine

Les députés ont adopté jeudi le projet de loi autorisant la ratification de l’accord de libre-échange continentale africaine (ZLEC).

Destins communs

Diaspora

Une délégation venue de Guadeloupe et de Martinique vient d'achever une visite au Togo sur le thème ‘Diasporas et mémoire de l’esclavage transatlantique’.