Aucune nation ne peut se construire sans sa Diaspora

29/11/2019
Aucune nation ne peut se construire sans sa Diaspora

La cérémonie de lancement vendredi à Lomé

Le Premier ministre, Komi Selom Klassou, a présidé vendredi la cérémonie d’investiture des 77 membres du Haut Conseil des Togolais de l’Extérieur (HCTE)

‘Il est évident qu’aucune nation ne peut se construire et assurer son épanouissement si elle n’associe tous ses filles et fils à la gestion de la chose commune. C’est pourquoi le gouvernement togolais, dans ses différents plans stratégiques, a toujours privilégié la prise en compte des préoccupations de la Diaspora au rang de ses priorités’, a-t-il déclaré.

De son côté, le ministre des Affaires étrangères, Robert Dussey, a souligné que cette cérémonie était le symbole d’une confiance retrouvée entre la patrie et ses fils qui, pour des raisons diverses, vivent à l’étranger’.

Une réaffirmation du lien de proximité entre notre pays et sa Diaspora, une occasion qui réitère notre sentiment d’appartenir à une même communauté nationale, a martelé le chef de la diplomatie qui a piloté l’installation du HCTE.

Ce Haut Conseil apolitique a pour ambition de fédérer la Diaspora autour des ambitions nationales de développement.

Ses membres élus représentant environ 1,5 million de Togolais vivant dans 53 pays, en Afrique, en Europe, en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde.

Le HCTE sera un moyen d’impliquer directement la Diaspora dans le développement du Togo, mais aussi d’être un trait d’union entre différentes associations souvent désorganisées et donc peu audibles.

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Le Sarakawa se refait une beauté

Tourisme

L’hôtel Sarakawa de Lomé vient d’achever des travaux de modernisation. Il était temps.

Ecoutez et regardez

Culture

Une plateforme dédiée à la promotion des artistes togolais a été lancée mercredi.

Une action de terrain au service de la population

Coopération

L'accès à l’eau potable est un besoin humain fondamental.

Coopération décentralisée avec le Togo

Coopération

Depuis 1992, les collectivités locales françaises peuvent signer des accords de coopération avec des autorités locales étrangères.