SOS mauvaise foi !

10/01/2012
SOS mauvaise foi !

Le collectif de journalistes «SOS Journaliste en Danger» a rendu public mardi un rapport sur la liberté de la presse au Togo.

Déséquilibré, de mauvaise foi et partisan, le document dénonce les plaintes et les menaces de mort dont certains journalistes hostiles au pouvoir seraient les victimes.

Ce collectif cite le cas de journaux comme L’Indépendant Express, Liberté et l’Alternative poursuivis et condamnés.

Le premier avait mis en cause un importateur accusé de vouloir commercialiser du riz toxique ; une fausse information ; les deux autres avaient gravement diffamé un ministre.

Le rapport fait également état de mises en demeure adressées à des radios qui n’ont pas su ou voulu filtrer les appels lors des émissions de libre antenne.

Malgré les accusations de cette organisation, rien ne permet de dire aujourd’hui que la liberté de la presse est remise en cause au Togo.

On notera enfin, ce qui est cocasse, que le président du Collectif n’est autre que le directeur de la publication de L’Alternative, justement condamné pour diffamation !

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Asky transporteur officiel du PAM

Coopération

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a installé au Ghana son centre de réponse africain au covid-19.

Grand Lomé : la pré-collecte est à la charge des communes

Environnement

Le District autonome du grand Lomé (DAGL) a lancé l’offensive contre les dépotoirs sauvages.

Un drame qui ne restera pas impuni

Faits divers

Un fonctionnaire de police a ouvert le feu jeudi sur un laveur de voitures qui a été mortellement atteint.

La clé sous la porte

Tourisme

A Lomé, l’industrie hôtelière est sinistrée. Certains établissement songent à mettre la clé sous la porte.