L'UFC et le CAR brandissent la menace d'un boycott

23/03/2009
L'UFC et le CAR brandissent la menace d'un boycott

Tempête sur le Cadre permanent de dialogue et de concertation (CPDC). L'UFC et le CAR (opposition) menacent de boycotter les travaux si le gouvernement ouvre à d'autres partis et membres de la société civile les portes de l'institution.

"Si le gouvernement se hasarde à forcer les portes en faisant appel à d'autres partis qui n'ont pas obtenu 5% aux dernières législatives, ils discuteront entre eux et ils ne verront pas l'UFC et le CAR", a déclaré lors d'un meeting dimanche à Lomé Patrick Lawson, premier vice-président de l'UFCLe Cadre permanent de dialogue et de concertation comprend des représentants du gouvernement et des trois partis politiques représentés au Parlement, le Rassemblement du peuple togolais (RPT, au pouvoir), le Comité d'Action pour le renouveau (CAR, opposition) et l'UFC de Gilchrist Olympio.

Le gouvernement a décidé d'inviter d'autres partis et des organisations de la société civile, après une recommandation du Comité de suivi de l'accord politique global (APG) signé en août 2006.

Les discussions achoppent notamment sur la composition de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), qui doit organiser et superviser la présidentielle de 2010.

Depuis le début de l'année, le Togo est entré en pré-campagne et le climat risque de se tendre encore davantage à l'approche du scrutin.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Nouveau chapitre

Coopération

Le Togo et l’Allemagne devraient, dans les prochains mois, ouvrir un nouveau chapitre de leur coopération.

Bureau des plaintes

Développement

Pour une gestion consensuelle, efficace, équitable et permanente des projets de développement, il faut de la cohésion.

Plus de peur que de mal

Faits divers

L’un des plus anciens établissements du Togo, l’hôtel du Golfe à Lomé, a été victime d’un sinistre qui aurait pu être dramatique.

Mobilisation en faveur du FIDA

Développement

Plusieurs dirigeants africains demandent à la communauté internationale d'être plus généreuse.