Les « trois glorieuses »

23/01/2009
Les « trois glorieuses »

Le Chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, se rendra samedi au mémorial de Sarakawa, sur le lieu même où se trouve l'épave de DC3 dans lequel avait pris place le 24 janvier 1974 le président Gnassingbé Eyadema. L'ancien leader togolais, décédé le 5 février 2005, était sorti indemne du crash de l'appareil consécutif à un sabotage. L'année 1974 est qualifiée de celle des « trois glorieuses ».

 

Le 10 janvier 1974, le président Eyadema annonce la décision prise par son gouvernement de porter de 35 à 51% la part du Togo dans la société exploitante des mines de phosphate et de faire assurer désormais la commercialisation de ce phosphate par un organisme public, l'Office togolais des phosphates (OTP).Le 24 janvier 1974, l'avion du président Eyadema s'écrase à Sarakawa (nord). Le chef de l'Etat en sort indemne. La responsabilité de l'accident est imputé à des milieux financiers.

Le 2 février 1974, Gnassingbé Eyadema annonce la nationalisation intégrale de la Compagnie togolaise des mines du Bénin.

Le Togo dès lors va plus que jamais s'affirmer soucieux de son indépendance économique et, plus généralement, de son authenticité. Au nom de ce retour aux sources sera alors africanisé le nom de certaines villes et de nombreux Togolais renonceront à leurs prénoms étrangers –Français principalement- au profit de prénoms typiquement africains.

En l'occurrence, le président Eyadema lui-même choisit de se prénommer Eyadema plutôt qu'Etienne.

La cérémonie de samedi sur le lieu du crash est un hommage au président Gnassingbé Eyadema et le symbole d'une longue page de l'histoire du Togo.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Des spécialistes pour assurer un développement durable

Environnement

Le ministère de l’Environnement va recruter par concours 750 spécialistes de la protection de la nature.

Une initiative qui arrive à maturité

Coopération

L’initiative Muskoka (Projet d’amélioration de la santé maternelle et infantile) a été lancée il y a 5 ans.

Une politique d’inclusion maîtrisée

Développement

98 milliards de Fcfa, c’est le montant des crédits accordés depuis 7 ans par le Fonds national de la finance inclusive (FNFI).

Restitution du patrimoine togolais

Culture

Le débat sur les restitutions d’œuvres d’art est une préoccupation ancienne.