Vers une reprise des discussions UFC/RPT ?

16/01/2008
Vers une reprise des discussions UFC/RPT ?

Gilchrist Olympio, le leader de l'UFC veut reprendre les discussions avec le Rassemblement du Peuple Togolais (au pouvoir). C'est en substance ce qu'il a indiqué ces derniers jours à plusieurs médias locaux. M. Olympio souhaite que le président du Burkina, Blaise Compaoré, joue un rôle de médiation entre les deux formations.

Avec 27 députés, l'UFC est le second parti politique au Togo. Cette position lui confère une influence que ne peuvent revendiquer le CAR avec seulement 4 sièges ou d'autres formations tout simplement absentes du parlement.L'UFC souhaite donc établir une forme de dialogue privilégié avec le parti au pouvoir. Une mise en musique de la bipolarisation de la vie politique togolaise.

Au mois de novembre 2007, le président Faure Gnassingbé avait reçu à la présidence Gilchrist Olympio, quelques jours avant la formation du nouveau gouvernement. Mais il semble que les exigences formulées par l'UFC pour rejoindre l'équipe gouvernementale aient été un peu trop hautes pour être acceptées en l'état.

La reprise du dialogue UFC/RPT est logique et se fera naturellement dans le cadre de la vie politique.

D'ailleurs, à l'Assemblée, les députés de tous bords se côtoient assurant au quotidien le travail parlementaire.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Incendie maîtrisé à l'université de Lomé

Faits divers

Un incendie s’est déclaré lundi dans le bâtiment accueillant la faculté des sciences économiques et de gestion à Lomé.

Les intempéries font 3 victimes

Faits divers

Les fortes pluies qui se sont abattues dans la nuit de samedi à dimanche sur Lomé et sa périphérie ont causé la mort de 3 personnes.

Début de l'exercice Obangame Express

Coopération

Un exercice naval dénommé Obangame Express, assuré par les forces navales américaines en Afrique (NAVAF), a débuté vendredi avec la participation du Togo.

Interdits à la vente

Santé

Quatre médicaments importés ont été retirés de la vente. Le ministère de la Santé invoque des raisons commerciales.