Fin des tracasseries policières sur les routes

26/07/2008
Fin des tracasseries policières sur les routes

Les transporteurs routiers du Togo respirent. A partir du 1er août, le Togo mettra fin aux tracasseries policières dont ils sont victimes depuis de nombreuses années. La décision a été portée hier à la connaissance des responsables des forces de sécurité et des syndicats des transporteurs par le ministre de la Sécurité Atcha Titikpina.

Cette mesure répond à une recommandation de l'Union Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) dont l'objectif est de favoriser la libre circulation des personnes et des biens au sein des pays membres. Un nouveau dispositif de sécurité sera déployé tout au long de la nationale N°1, de la route Lomé-Hilakondji et Lomé-Kpalimé.

Sur l'axe N°1, deux postes de contrôle seront opérationnels, l'un à Davié pour le départ et un second à Mango.

Sur le tronçon Lomé Aného, le contrôle se fera au niveau du péage. Et à Zanguéra pour la route Lomé-Kpalimé.

« En dehors de ces postes de contrôle fixes, seules les patrouilles mobiles de police ou de gendarmerie vont circuler entre Lomé et Mango pour des vérifications inopinées » a expliqué le ministre Titikpina.

« Nous sommes soulagés par ces mesures qui devraient mettre fin aux abus policiers et au racket sur les routes» a déclaré un responsable du syndicat des transporteurs routiers.

 

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Un épisode héroïque

Coopération

La cérémonie marquant le 149e anniversaire des combats de Bazeilles s’est déroulée le 13 septembre dernier à l’ambassade de France.

Josiane Yaguibou a pris ses fonctions

Coopération

Le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a un nouveau représentant au Togo.

L'avenir des femmes ce sont les hommes

Santé

Depuis de nombreuses années, les bailleurs de fonds et les gouvernements concentrent leur attention sur la planification familiale en Afrique de l’Ouest.

Travail décent : accord signé avec l'OIT

Social

Une convention a été signée mardi entre le gouvernement et l’organisation internationale du travail (OIT).