Justice américaine et traditions africaines

09/12/2010
Justice américaine et traditions africaines

Ce qui est considéré en Europe ou aux Etats-Unis comme un trafic d’êtres humains ou de l’esclavage moderne n’a pas le même sens en Afrique.
C’est l’argument développé par l’avocat américain Bukie Adetula.
M. Adetula a comme cliente une togolaise, Akouavi Kpade Afolabi, condamné il y a quelques mois à 24 ans de prison pour avoir fait venir illégalement du Togo une vingtaine de jeunes filles qui travaillaient sans salaires dans ses salons de coiffure du New Jersey.
Le juge a estimé qu’il s’agissait clairement d’esclavage moderne. Ce n’est pas l’avis de l’avocat qui fait référence aux traditions africaines, d’aide et de protection à des compatriotes en grande difficulté dans leur pays d’origine.
Un acte de générosité selon Bukie Adetula ; peut être. Mais alors, pourquoi Mme Afolabi avait-elle retiré aux jeunes filles leur passeport leur interdisant également de sortir et de téléphoner ?
L’avocat - lui-même d’origine nigériane - plaide que la culture américaine est bien différente de certaines traditions africaines ; des différences que la justice doit nécessairement prendre en compte.
Reste à demander l’avis des malheureuses victimes.

Commentaires

Loading comments ...

Loading comments ...

IL NE FALLAIT PAS MANQUER

Devoir d'inventaire

Environnement

Le deuxième inventaire forestier débutera le 1er mars, a annoncé vendredi le ministère de l’Environnement.

Aide à la petite agriculture

Coopération

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) fournira des kits de production à 900 foyers agricoles vulnérables.

Des Togolais bien couverts

Social

Quatre millions de Togolais sont concernés par cette couverture santé.

Appels dans le vide

Environnement

Avec des caniveaux utilisés comme dépotoirs, la fin des inondation n'est pas pour demain.